Aujourd’hui, je vous dévoile un épisode chouchou avec une jeune entrepreneuse bourrée de talent. Il s’agit de la lyonnaise Elodie Arnouk, la co-fondatrice de la plateforme d’art solidaire The Hope Gallery  qui vise à créer le bien par le beau.

Avec Elodie, on est vraiment sur la même longueur d’onde : on partage la passion du digital, l’amour de l’art et aussi une vision renouvelée de la philanthropie.

On a abordé plein de sujets: son parcours bien sûr, sa transition dans l’entrepreneuriat social et son cheminement, depuis l’inspiration de son concept jusqu’à l’ouverture de sa plateforme en marque blanche sous le nom de Fun(d)rising.

On a parlé aussi de ses prédictions sur l’avenir de la philanthropie, des nouvelles générations de donateurs et de beaucoup d’autres choses encore.

C’est un épisode très riche qui nous offre un moment rafraichissant et positif.

☝️ Si cet épisode vous a plu, n’oubliez pas de laisser un avis 5 ⭐ sur Apple podcasts ou Spotify, c’est la meilleure façon de faire connaître le podcast ! Merci 🙏

Dans cet épisode je reçois Joanne Lacoste et Luc St-Amand, les concepteurs de l’exposition Générosité. Droit au coeur. qui se tient au Musée de la civilisation de Québec jusqu’au 2 octobre 2022.
 
Deux-cent-trente-deux objets provenant presque entièrement des collections du Musée, dont un grand nombre présentés pour la première fois, forment le corpus de cette exposition événement qui s’attache à mettre en lumière toutes les formes de générosité envers notre prochain, la communauté ou la société. 
 
Quel regard social et anthropologique porter sur la question du don de soi ? Comment parvient-on à faire de la philanthropie un sujet grand public ? Par quelles étapes clés la charité s’est transformée en générosité au Québec ? Qu’est-ce qui constitue une culture philanthropique ? Ce sont autant de questions auxquelles mes invités tentent de répondre avec passion et émotion.
 
En prime, vous connaîtrez leur objet coup de coeur de l’exposition et leur fantasme de muséologue !

☝️ Si cet épisode vous a plu, n’oubliez pas de laisser un avis 5 ⭐ sur Apple podcasts ou Spotify, c’est la meilleure façon de faire connaître le podcast ! Merci 🙏

À travers mon FILtre est un format qui propose de décortiquer l’actualité philanthropique en quelques minutes, à chaud ou à froid !

Pour souligner le déconfinement effectif ou imminent, j’ai eu envie d’imaginer une fiction pour penser le monde d’après avec un angle philanthropique. Comme dans toute fiction, il y a des raccourcis et simplifications par rapport à la complexité réelle de la vie. Mais simplifier ne veut pas dire minimiser le potentiel de certaines pistes 😉

Toujours est-il que fiction ou pas, l’essentiel sera de redistribuer les rôles pour que les citoyens que nous sommes ne soient pas relégués au statut de figurants dans la nouvelle histoire qui est en train de s’écrire. Espérons qu’elle ne sera pas du réchauffé car il nous reste à peine une décennie pour atteindre les objectifs de développement durable fixés par les Nations Unies afin d’assurer la paix et la prospérité pour les peuples et la planète. La société civile semble prête pour le changement. La société politicienne l’est-elle ?

Références qui ont nourri l’épisode :

– Initiatives de concertation citoyenne :

– L’excellente série “Table de travail” par Nouveau Projet:

 -L’appât du don par Jacques Godbout: http://agora.qc.ca/documents/don–lappat_du_don_par_jacques_t_godbout

– Site officiel de l’entreprise altruiste conceptualisée par Isaac Getz et Laurent Marbacher : https://lentreprisealtruiste.com/

Cet épisode n’était pas prévu au programme mais il conclut à merveille notre saison consacrée aux nouveaux visages de la philanthropie au Québec. Cette première série d’entrevues cherchait à mettre en lumière des acteurs de changement peu ou pas connus et dont les réalisations s’inscrivent en relief dans le paysage philanthropique, par leur innovation ou leur façon de repenser les manières de servir l’intérêt général.

J’ai eu envie de tendre mon micro à Clara de Richoufftz, une jeune diplômée devenue entrepreneure sociale un peu par hasard. Elle a créé Faisenpour2, un organisme à but non lucratif qui a pour mission d’encourager le doublement de portions de repas préparés à la maison au bénéfice de personnes sans-abris à Montréal, et d’en assurer la distribution. La boite à lunch, au-delà du don alimentaire, devient un vecteur de sensibilisation aux enjeux de l’itinérance mais aussi de lien social pour contrer l’exclusion ordinaire.

Elle nous confie avec beaucoup de maturité et d’humilité les affres de la résolution de problèmes sociaux et de la façon dont elle a réorienté son projet pour lui permettre de générer une valeur plus importante.

Avec Clara nous avons parlé de : crash test, regard que l’on porte sur l’itinérance, l’inclusion sociale des plus démunis, l’engagement des étudiants, démarche de sensibilisation dans les écoles primaires, création d’une communauté, l’écosystème du don alimentaire à Montréal, la mesure des résultats vs de l’impact, donner une vocation sociale à un geste quotidien, symbiose.

Nous avons aussi parlé de Pablo Servigne, souvenirs de maraude, James Hughes, des héros silencieux et de la manière dont son organisme répond à la crise du covid-19 à travers 5 questions bonus et une note vocale que vous pourrez découvrir en vous abonnant à l’infolettre 🙂

Références citées dans l’épisode :

– Article de Diane Bérard, Les fausses bonnes idées venues du coeur
– L’initiative du Carillon en France: https://lacloche.org/le-carillon-reseau-de-commercants-solidaires

Dans ce dernier épisode de la saison, je suis allée à la rencontre de Christine Law, la fondatrice de Floranthropie, un organisme à but non lucratif composé entièrement de bénévoles, qui a pour mission d’apporter de la joie et du bien-être aux personnes âgées au moyen de fleurs recyclées. Fleurir, un cœur à la fois, telle est la devise de cette jeune entrepreneure qui a découvert sa passion grâce à son projet philanthropique.

Nous avons parlé de : gaspillage des fleurs, l’économiste Alain Dubuc, vieillissement de la population, projets intergénérationnels, CHSLD (centres d’hébergement de soins de longue durée) et hôpitaux, bénévolat, geste d’offrir ou de recevoir, art thérapie floral, définition de la floranthropie.

Références citées dans l’épisode :

– Article de l’économiste Alain Dubuc sur le vieillissement de la population au Québec : http://mi.lapresse.ca/screens/e21d6fd0-7eed-4c48-9859-9891cefd3868__7C___0.html

-Documentaire Les vieux copains qui propose une incursion dans le CHSLD « Manoir Soleil », ayant implanté il y a quelques années une garderie au sein de ses murs : https://www.tv5unis.ca/videos/les-vieux-copains

Rencontre avec François de Kerret et Thibaut Jaurou, les cofondateurs de Simplyk, une plateforme d’outils de levée de fonds et de recrutement de bénévoles au service des OBNL, des écoles et des entreprises. Ingénieurs de formation, les deux jeunes français ont rapidement su transformer un projet étudiant en une entreprise sociale de plus en plus reconnue et plébiscitée dans le paysage philanthropique québécois. Cette percée repose notamment sur un modèle d’affaires audacieux et très attractif pour les organismes à but non lucratif.

Avec François et Thibaut, nous avons parlé de bénévolat des milléniaux, corporatif et USB, d’entrepreneuriat, du recours à la mutualisation, d’impact et du futur de la philanthropie.

Notes :

Au cours de cet épisode, nous avons mentionné plusieurs ressources telles que le résumé de la Journée d’étude du 26 octobre 2018 organisée par la recherche interuniversitaire « Bénévolat en mouvement »; Le portrait des bénévoles et du bénévolat dressé par le Réseau de l’action bénévole du Québec; Deux rapports de l’Institut de la statistique du Québec, à savoir Le bénévolat au Québec, de 2004 à 2013 (Avril 2017) et le Portrait des bénévoles de 16 à 65 ans au Québec (Décembre 2017).