SAISON 2 :  La philanthropie à l’ère de la 4ème révolution industrielle

Inaugurons ce premier épisode de la saison 2 sur la philanthropie à l’ère de la 4ème révolution industrielle avec la technologie de la blockchain ou chaîne de blocs. Cette “technologie de la confiance” s’attire depuis peu les faveurs du secteur philanthropique, de plus en plus guidée par l’enjeu de la transparence.

Si nous ne sommes qu’au début des expérimentations à des fins non lucratives et encore loin d’une adoption massive, il me semblait intéressant de mettre en lumière le projet que vous allez découvrir aujourd’hui, et qui pourrait devenir une norme dans les prochaines années.

Mon invité, Njara Zafimehy, a fondé la WhatRocks Foundation à l’origine du concept WhatRocks, le premier label social reposant sur la blockchain, et dédié à la publicité digitale pour les marques qui s’engagent auprès des associations grâce à leurs dépenses publicitaires.

Avec Njara nous avons parlé de : publicité solidaire, tempérament de colibri, manque à donner, impact collectif, service publique du web, générosité désinhibée, internaute comme partenaire économique, responsabilité morale d’entreprise (RME), entreprise contributive, innovation incrémentale et de rupture, rôle de l’éthique.

Cet épisode a été enregistré en février 2020. Depuis, le coronavirus est passé par là et Njara compte bien capitaliser sur cette crise pour accélérer la normalisation de la publicité solidaire. Découvrez comment en vous abonnant à l’infolettre 🙂

Références citées dans l’épisode :

L’entreprise contributive, un objectif portée par Fabrice Bonnifet et Céline Puff Ardichvili à travers leur blog
La RSE traditionnelle doit faire place à la responsabilité morale des entreprises, interview de Fabrice Bonnifet pour Novethic

À travers mon FILtre est un format qui propose de décortiquer l’actualité philanthropique en quelques minutes, à chaud ou à froid !

Pour souligner le déconfinement effectif ou imminent, j’ai eu envie d’imaginer une fiction pour penser le monde d’après avec un angle philanthropique. Comme dans toute fiction, il y a des raccourcis et simplifications par rapport à la complexité réelle de la vie. Mais simplifier ne veut pas dire minimiser le potentiel de certaines pistes 😉

Toujours est-il que fiction ou pas, l’essentiel sera de redistribuer les rôles pour que les citoyens que nous sommes ne soient pas relégués au statut de figurants dans la nouvelle histoire qui est en train de s’écrire. Espérons qu’elle ne sera pas du réchauffé car il nous reste à peine une décennie pour atteindre les objectifs de développement durable fixés par les Nations Unies afin d’assurer la paix et la prospérité pour les peuples et la planète. La société civile semble prête pour le changement. La société politicienne l’est-elle ?

Références qui ont nourri l’épisode :

– Initiatives de concertation citoyenne :

– L’excellente série “Table de travail” par Nouveau Projet:

 -L’appât du don par Jacques Godbout: http://agora.qc.ca/documents/don–lappat_du_don_par_jacques_t_godbout

– Site officiel de l’entreprise altruiste conceptualisée par Isaac Getz et Laurent Marbacher : https://lentreprisealtruiste.com/

À travers mon FILtre est un format qui propose de décortiquer l’actualité philanthropique en quelques minutes, à chaud ou à froid !

Depuis le début de la crise du coronavirus, tous les experts des sciences sociales s’accordent à dire qu’il y aura un avant et un après COVID-19. Qu’en est-il sur le plan de la solidarité qui s’organise de tous côtés pour venir en aide aux plus démunis ? Saura-t-elle s’inscrire dans le temps long pour changer véritablement nos sociétés ?

Références citées dans l’épisode :

– Boris Cyrulnik: Après chaque catastrophe il y a un changement de culture : https://m.youtube.com/watch?v=9t8THBMluws

– Le caremongering raconté par l’une des fondatrices du mouvement (en anglais): https://torontolife.com/city/one-restaurant-offered-free-food-to-seniors-and-low-income-people-inside-caremongering-the-toronto-facebook-group-for-good-deeds/

– Le projet Buy Nothing : https://www.wedemain.fr/Sur-Facebook-le-projet-Buy-Nothing-encourage-le-don-entre-voisins_a4239.html?fbclid=IwAR3pPEDZKx6cPVSAEzY665dc8x5tjDNBrQm5PH_wlH-_ZZyRsNa_7r5KTek

– Déclarations de la chercheuse Yvonne Su dans le Washington Post (en anglais): https://www.washingtonpost.com/opinions/2020/03/24/canada-an-inspiring-movement-emerges-response-coronavirus/

– “Le moment du soin est-il venu pour nos sociétés ?” avec Cynthia Fleury: https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-actu/cynthia-fleury

Le COVID-19, c’est la malédiction de 2020. La pandémie qui a démis le monde tel qu’on le connaît de ses fonctions. Le cygne noir, selon la théorie consacrée de Nassim Taleb, qui va nous en faire voir de toutes les couleurs pendant des mois.

Mais qu’en est-il des répercussions du coronavirus sur le secteur de l’engagement ? Comment la philanthropie peut-elle tirer son épingle du jeu ?

À travers mon FILtre est un format qui propose de décortiquer l’actualité philanthropique en quelques minutes, à chaud ou à froid !

L’épidémie de COVID-19 a ébranlé nos vies et l’économie mondiale de manière radicale et sans doute irréversible. Mais qu’en est-il des répercussions du coronavirus sur le secteur de l’engagement ? Comment la philanthropie peut-elle tirer son épingle du jeu ?

Références citées dans l’épisode :

– Tribune d’Antoine Vacarro, président de Force For Good by Faircom : https://defishumanitaires.com/2020/03/18/coronavirus-crise-economique-et-philanthropie-le-dernier-cygne-noir/ 

-Article de Boucar Diouf rappelant les raisons écologiques de la pandémie du coronavirus : https://www.lapresse.ca/debats/opinions/202002/14/01-5261031-covid-19-et-libido-anxiete.php

– Article de Luc Audebrand et Matthias Pepin au sujet de l’entraide : https://www.ledevoir.com/opinion/idees/575084/l-entraide-au-temps-de-la-covid-19?fbclid=IwAR0B91Nl12QX2Zzb1zul6vnfGYHQPG8cwRIFsASZHiR5hS7_xJIvsFnRfdQ

– Quelques plateformes qui ont rapidement été mises en place pour venir en aide au système de santé et aux associations en France:

-Note de conjoncture d’Éric Dutertre, président délégué de Hopening reprise dans Carenews : https://www.carenews.com/fr/news/le-fundraising-a-l-heure-du-coronavirus

-Montant total des promesses de dons enregistrées dans le monde pour lutter contre le COVOD-19: https://candid.org/explore-issues/coronavirus

-Article de Fred Fournier, fondateur et Directeur exécutif de MindMe, sur le fundraising à l’heure du coronavirus: https://www.linkedin.com/pulse/fundraising-coronavirus-world-fred-fournier/

SAISON 1 :  Les nouveaux visages de la philanthropie au Québec

Pour ce cinquième épisode de la saison, je me suis entretenue avec Léa Vinson, la fondatrice des Princes, une ligue de balle molle féminine qui, partie de rien il y a presque 5 ans, est parvenue à créer un mouvement à impact positif dont les retentissements se sont fait sentir jusqu’en Inde. Fédérant une communauté de femmes solidaires et engagées, cette ligue à vocation philanthropique a récemment fait ses débuts dans l’action humanitaire.

Nous avons parlé de : mouvement féminin inclusif, force de groupe, entraide, tournoi caritatif, Calcutta, démocratisation de l’action humanitaire, sororité, Mère Teresa, posture du colonisateur, échec, méthode agile, volontourisme, charge émotionnelle, Edgar Morin, identité humaine.

Références citées dans l’épisode :
Le Book humanitaire, un organisme qui pour mission de donner la chance aux gens d’aider ceux qui sont dans le besoin à travers l’organisation de voyages humanitaires et de journées d’entraide.
– Article du Devoir: Quel est l’impact des séjours de solidarité internationale ?, Catherine Lefebvre, 19 janvier 2019
– Le recueil de témoignages Partir, revenir, mourir un peu, sous la direction de François Audet, paru aux Éditions Les Malins